La fierté d’être Algérien

Il n’y a rien de plus difficile pour tout Algérien, par les temps qui courent, que d’être fier, tant ce sentiment est bringuebalé par le flot quotidien de mauvaises nouvelles charriées par les médias de tout acabit : nous sommes moins performants que nos voisins alors que nous disposons de plus d’atouts qu’eux, nous fabriquons des harragas alors que notre sous-sol regorge de combustibles fossiles, les rues de nos quartiers sont de réels sentiers de brousse alors que le goudron est un sous-produit du pétrole, l’eau déserte nos robinets alors que la pluie céleste dévaste des territoires entiers, nos anciens immeubles s’écroulent un à un (sur leurs occupants) alors que les tours de bétons phagocytent toutes les terres agricoles qui ceinturent nos villes…

Même ici, à Montréal, nos compatriotes ont du mal à trouver des emplois, le taux de chômage de notre communauté bat des records et bon nombre de nos universitaires occupent des sous-emplois.

Mais, en cette période de réjouissance marquant l’anniversaire du déclanchement de la révolution de Novembre, j’ai décidé de ne parler que de sujets susceptibles de remonter le baromètre de ma fierté d’être Algérien. Même si elles sont rares, ces occasions donnent de la couleur à la grisaille ambiante et estompent cette morosité qui, en plus de nous rendre fatalistes, annihile comme une vulgaire peau de chagrin toute espérance dans un avenir meilleur.

Une nation se reconnaît à ses femmes et ses hommes qui, donnant bénévolement de leur temps, oeuvrent pour le bien d’autrui sans rien demander en contrepartie hormis le bonheur de leurs semblables. C’est le cas du CCA (Centre Culturel Algérien) qui, depuis une décennie, continue inlassablement sa mission. Sorties, formations, conférences, repas ramadanesques et j'en passe. Exemplaire dans son engagement communautaire, le CCA est une vraie ruche et ses bénévoles, son essaim de chevilles ouvrières.

De quoi rehausser ma fierté : CCA, chapeau bas!

Une nation se reconnaît à ses femmes et ses hommes qui, donnant le meilleur d’euxmêmes, cherchent à créer un espace identitaire, rassembleur et pérenne, pour le bien de toute une communauté. C’est le cas des fondateurs du « Petit Maghreb » qui ont pu, grâce à leur engagement, leur ténacité et leur travail acharné, implanter une parcelle d’Orient en Occident. Son Souk, désormais incontournable, est un événement haut en couleur qui draine les foules. Cette année, il a réussi là où les politiciens des pays d’origine ont échoué : rassembler les plus hauts représentants des trois pays du Maghreb sur la même scène! Peut-on rêver à la construction du « grand » Maghreb puisque celle du « Petit » est chose faite?

De quoi attiser ma fierté : « Petit Maghreb », chapeau bas!

Une nation se reconnaît à ses femmes et ses hommes qui, se tenant dans l’ombre, mettent les autres membres de la communauté dans la lumière. C’est le cas de la Fondation Club Avenir qui prône l’excellence et la persévérance comme démarche assurant un meilleur avenir. Chaque année, à l’aide de la nuée de bénévoles qui gravite autour, elle organise un gala très couru pour honorer les membres de notre communauté qui se sont distingués dans la société d'accueil par des réalisations exceptionnelles. En leur décernant des prix et en les présentant comme modèles, la Fondation encourage l’intégration par l’excellence.

Chacun de ses galas réunit des centaines de personnes sur les visages desquels il est aisé de lire la joie, le bonheur et, surtout, la fierté d’être Algérien.

De quoi exalter ma fierté : Fondation Club Avenir, chapeau bas!

La fierté est un sentiment qui peut, s’il n’est pas soigneusement cultivé et entretenu, aisément s’amenuiser et s’estomper. De nombreux autres organismes oeuvrent pour le bien de notre communauté et mériteraient aussi de figurer dans cette liste qui est loin d’être exhaustive. Toute notre gratitude à ces personnes que vous connaissez et que vous n'avez jamais osé remercier : par leur dévouement quotidien, ils maintiennent le terreau fertile sur lequel s’épanouit notre fierté.

À vous tous, chapeau bas : Vous êtes notre fierté.


Montréal, le 1er  novembre 2009


(Lire le document pdf)

Commentaires

0 #11 Guest 30-11-2009 10:21
(Suite)
Analysons maintenant les nouvelles ignominies que vous avez proférées dans votre dernier commentaire.
1-Vous parlez de « pratiques népotiques (?) que nous connaissons et qui nous ont fait fuir notre pays ».
Cela confirme mon diagnostic, vous avez bel et bien été traumatisé. Sachez que contrairement à vous, je n’ai pas fui mon pays.
2-« On ne peut applaudir une ou deux associations, alors que d’autres font des efforts louables pour aider la communauté algérienne dans l’anonymat le plus total. C’est injuste! ».
Si vous lisez mon texte, vous remarquerez que j’ai précisé que « de nombreux autres organismes œuvrent pour le bien de notre communauté et mériteraient aussi de figurer dans cette liste qui est loin d’être exhaustive ». Mais, vous qui semblez vous intéresser au sort d’autres associations, qu’attendez-vous pour les faire connaitre en publiant des textes comme je le fais. Manquez-vous d’inspiration ou de talent?
3-« Vous n’avez jamais eu le courage de signer des articles sur la situation au pays. Votre complaisance saute aux yeux ».
Ce commentaire est éloquent. Il sous-entend que vous faites partie de mon fan-club et que vous avez lu tout ce que j’ai écrit. J’en suis ravi. Mais il révèle aussi que c’est votre mauvaise foi qui saute aux yeux. Je vous suggère (encore une fois) de consulter mon site personnel : vous y trouverez mes articles (ceux que vous n’avez pas lus?) et vous verrez que je manie aussi bien la carotte que le bâton.
4-« Concernant l’acte de diffamation que vous évoquez, je vous encourage à y aller avec vos menaces. Je ne suis pas né de la dernière pluie. Vous prenez-vous pour un intouchable pour traiter de cette façon toute critique? ».
Non seulement vous n’êtes pas encore guéri de votre traumatisme, mais vous vous comportez comme quelqu’un qui vit encore en Algérie. Pensez-vous réellement qu’il peut y avoir des intouchables au Canada? Et croyez-vous que vous êtes au-dessus des lois? Réveillez-vous, vous êtes en pleine contradiction avec le discours que vous prônez.
5-« Je vous demanderais donc de voir en face les critiques que je vous ai soumises, même si le mea culpa est un attribut des grands »
Si le mea-culpa est l’attribut des grands, la calomnie est l’attribut des petits. Des minuscules, dis-je.

Aid Moubarak
0 #10 Guest 30-11-2009 10:15
M. Merkache (?),
Décidément, vous en avez du temps à perdre. D’habitude, je ne réponds pas aux commentaires qui tournent en rond et dont le niveau de discussion est bloqué au deuxième sous-sol. Mais j’ai changé d’avis, lorsque, à votre suggestion, j’ai « googelisé » votre nom.
Vous avez bien dit « Google vous dites? Eh bien, vous seriez surpris de lire ce qui m'y est consacré! Mais, chez moi, c'est motus et bouche cousue. La grosse tête, connais pas! ».
Je reconnais que vous m’aviez prévenu que j’allais être surpris et c’est effectivement ce qui s’est produit. En effet, j’ai été sidéré de constater que le résultat de la recherche donnait 0 (zéro) résultat. Pour quelqu’un qui se veut le protecteur suprême de l’honnêteté intellectuelle, le garant de l’éthique communautaire, vous êtes loin de donner l’exemple. Vous avez au moins raison sur une chose : vous n’avez pas de quoi avoir la grosse tête et vous ferez bien de garder la bouche cousue!
À moins que vous vous cachiez derrière un pseudonyme trompeur? Je n’ose pas le croire car, si c’est le cas, vous faites pitié.

(À suivre dans le prochain commentaire)
0 #9 Guest 26-11-2009 00:30
Je vous réponds puisque le degré de rémission de ma maladie est satisfaisant. Les problèmes qui m’ont causé tant de difficultés commencent à s’estomper. Tout comme d’ailleurs les « Viva l’Algérie ».
Je persiste et signe : vos textes sont à contre-courant des besoins et des intérêts de notre communauté. C’est hna fi hna, expression algérienne décrivant très bien des pratiques népotiques que nous connaissons et qui nous ont fait fuir notre pays. On ne peut applaudir une ou deux associations, alors que d’autres font des efforts louables pour aider la communauté algérienne dans l’anonymat le plus total. C’est injuste!
Vous n’avez jamais eu le courage de signer des articles sur la situation au pays. Votre complaisance saute aux yeux. Je vous demanderais donc de voir en face les critiques que je vous ai soumises, même si le mea culpa est un attribut des grands...
Concernant l’acte de diffamation que vous évoquez, je vous encourage à y aller avec vos menaces. Je ne suis pas né de la dernière pluie. Vous prenez-vous pour un intouchable pour traiter de cette façon toute critique?
0 #8 Guest 22-11-2009 19:13
assalamou alaykoum
bissmillahi arrahmani arrahim

je tiens d;abord a dire que j;ai ecris des commentaires sur les sites de c.c.a et sur ce site de algero web et sur le site de majliss el kalam que je pense que tous le monde connaissent et vous savez quoi la censeur et meme sur youtube et ca pour vous dire que internet n;est pas ce que tout le monde pense c;est devenu mauvaise chose ; alors je dis au moderateur de ces sites la verite est amere
apropos de ce querelle je vous dis
ittakou allah et cherchez quelque chose de benefique pour les musulmans algeriens , il faut debuter par le plus important puis l;important et arretez le jidall ( parlez pour avoir victoir de son opignion meme s;il est faut)
0 #7 Guest 14-11-2009 01:51
M. Merkache,
Ce genre de commentaires est devenu monnaie courante sur tous les sites algériens. Ça devient aussi vraiment lassant.
Le seul tort que j'ai commis, c'est probablement d’avoir répondu à votre commentaire. Je pensais réellement pouvoir vous convaincre de la sincérité de mes propos. Mais j'en viens à la conclusion que vous avez une idée préconçue sur tout ce qui est positif.
En plus de mettre en doute mon intégrité intellectuelle, voilà que vous vous attaquez à ma personne. Je ne ferai pas comme vous, mais je vous préviens que calomnier quelqu’un sans preuves est un délit au Canada.
C’est aussi une maladie. Car penser que toutes les personnes qui disent du bien de leur communauté ne sont pas sincères ou voir du mal dans le bien est l'apanage de personnes qui ont probablement été traumatisées dans leur vie. Mais, je vous rassure, cela se soigne.
Ni le CCA, ni le « Petit Maghreb », ni le Club Avenir n’étaient au courant de mon article. D’autre part, ces organismes n’ont aucun besoin de mes articles pour travailler et hisser la communauté vers le haut. Ils ne sont, d'ailleurs, pas plus effrayés par vos commentaires désobligeants.
Vous avez mentionné votre implication dans votre communauté, vous m’en voyez ravi et je vous encourage à en faire plus. Vous verrez que vous n’aurez pas à le crier sur les toits : l’information se fraye un chemin par ses propres moyens.
Je vous promets une chose : je continuerai à écrire de tels articles dans le futur. Évidemment, j’attendrai vos commentaires car c’est ainsi que je me rendrai compte du degré de la rémission de votre maladie.

Sans rancune.

P.S. : À quelques minutes du match de l’Algérie contre l’Égypte, j’espère que vous êtes FIER de NOTRE équipe. À moins que, là aussi, vous avez quelque chose de négatif à nous écrire?
1, 2, 3, …Viva l’Algérie!
0 #6 Guest 12-11-2009 01:32
M. Bensaada,
Ce genre de textes sont devenus monnaie courante sur tous les sites algériens. Ça devient vraiment lassant. Je présume que vous connaissez bien les tenants et les aboutissants de cette logique, mais vous préférez faire semblant de les ignorer.
Laissez-moi aussi vous dire que la violence de vos propos est une offense à l'intelligence. Au lieu d reconnaître votre tort, vous préférez injurier et ridiculiser tout critique.
En plus, vous donnez l'image de quelqu'un d'imbu de sa personne. Google vous dites? Eh bien, vous seriez surpris de lire ce qui m'y est consacré! Mais, chez moi, c'est motus et bouche cousue. La grosse tête, connais pas!
Question bénévolat, je peux vous dire que vous n'êtes pas bien situé pour me donner des leçons. J'en ai fait dans plusieurs pays, y compris de ce côté de l'Atlantique. Pourquoi dois-je le crier sur les toits du Québec?
Une dernière chose: la prière me suffit pour le "positif".
À bon entendeur salut...
0 #5 Guest 10-11-2009 03:33
Tout à fait d'accord avec M.Merkache,

M.Bensaada,

Vous dites que votre texte est conjugué à la première personne, pourtant vous vous permettez de parler au nom de l'algérien "Il n’y a rien de plus difficile pour tout Algérien...que d’être fier..."

Lyes n'a fait qu'exprimer une opinion alors je ne vois pas l'utilité de votre point 7 "Je suis heureux de ne pas vous connaître: ma fierté en aurait pris un sacré coup!.."
à moins que vous le placez dans une catégorie et vous dans une autres.

L'erreur est humaine.
0 #4 Guest 10-11-2009 02:36
M. Merkache,
Je vais vous avouer quelque chose : j’ai longtemps hésité avant d’écrire cet article. Vous savez pourquoi? Parce que, pour les algériens que vous représentez et qui prennent (trop souvent) la parole dans les forums, la vérité ne peut être que médisance et calomnie. Les critiques négatives, les lynchages publics, les attaques gratuites sont toujours vraies et leurs auteurs dignes de confiance.
Dès qu’on dit du bien de quelque chose ou de quelqu’un, on devient un agent double, un type louche, un individu qui a quelque chose à gagner, un énergumène à dessein douteux.
Au risque de vous décevoir, je vous informe que je ne suis membre officiel d’aucune des organisations citées dans mon article. Mais contrairement à vous et aux commentateurs zélés dont vous faites certainement partie, je n'ai jamais refusé de m’impliquer bénévolement pour le bien d’autrui dans plusieurs organismes communautaires, dont certains de ceux que j'ai cités.
D’autre part, si vous ignorez mon parcours, je vous conseille de taper mon nom sur Google. Vous comprendrez que je n’ai pas eu besoin d’appartenir à une « sorte de communauté d'adoration réciproque » et de « distribuer les éloges aux amis » pour réussir.
Ce que je constate à travers vos commentaires tendancieux c’est que vous faites partie d’une « sorte de communauté de médisance » qui, en guise d’arguments, ne « distribue que de l’amertume, de la déception et du mal qu’elle a au fond de soi mais qu’elle voit partout ».
Encore un conseil avant de clore : si vous n'avez rien d’autre à faire que de rédiger des commentaires insignifiants, je vous propose une occupation qui serait susceptible de remonter votre fierté : bénévole dans un des organismes cités dans mon article. Ils ont toujours besoin d’aide.

Bonne journée et devenez positif. Il paraît que cela fait du bien à la santé.
0 #3 Guest 10-11-2009 01:17
Si j'ai bien compris le message, on a une sorte de communauté d'adoration réciproque. Pourquoi ignorer les centaines d'Algériens du Québec qui réalisent des choses formidables sans pour autant le claironner au-dessus de nos têtes. Si on veut former une élite, ce n'est pas de cette façon qu'on y arrivera. Distribuer les éloges aux amis (ce ne sont pas que des associations!) est contre-productif. Les Algériens ne sont pas dupes. Il faut au contraire combattre le monopole qu'exerce un nombre restreint d'activistes sur le milieu associatif. C'est sur ce point que Lyes a raison.
0 #2 Guest 09-11-2009 11:29
Cher M. Lyes,

1- J'aimerais vous faire remarquer que mon texte est conjugué à la première personne du singulier.
2- En ce qui me concerne, ma fierté, je la construis. Quotidiennement.
3- Pour ce qui est de "la pléthore de personnalités", je n'en ai citée aucune. Mon texte ne mentionne que des organismes.
4- Quand à votre formule "j'aurais préféré que vous...", je vous conseille d'aiguiser votre crayon et de nous rédiger un beau texte. Je serai ravi de vous lire et...de vous commenter.
5- Vous semblez si bien maîtriser le dossier du passeport canadien et de son importance vitale dans la vie des "pauvres"algériens. Seriez-vous spécialiste de la question?
6- J'ai écrit ce texte avant de lire votre commentaire. Cela veut dire que je n'ai pas attendu votre dernière phrase pour afficher ma fierté.
7- Je suis heureux de ne pas vous connaître: ma fierté en aurait pris un sacré coup!

Bonne chance dans la suite de vos commentaires. Ou peut être un texte publié sur KSARI?

Les commentaires sont fermés.