Après la musique, Lynda Thalie investit le théâtre

Une étoile algérienne brille sur les planches de Montréal.
Le seul rôle féminin du spectacle musical le Petit Prince, œuvre de Saint-Exupéry, est dévolu à Lynda Thalie, native d’Alger qui interprétera le rôle de la rose

C’est devant la quasi-totalité des médias canadiens, du représentant du consulat général à Montréal et des médias communautaires algériens invités pour la circonstance, alors qu’une température glaciale (-25° C) sévissait sur Montréal, que la distribution du spectacle musical de Richard Cocciante, le Petit Prince, œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry, a été dévoilée.Richard Cocciante, rappelons-le, a été le complice de Luc Plamondon sinon l’inspirateur de l’immense spectacle musical adapté de l’œuvre de Victor Hugo Notre-Dame de Paris qui a connu le succès planétaire que l’on sait.La surprise, mais pour les connaisseurs et ceux qui ont toujours cru au fabuleux talent de Lynda, ce n’en était pas une, est l’attribution du seul rôle féminin à Lynda, cette Québécoise d’adoption depuis près d’une dizaine d’années et native d’Alger.Son talent, sa voix et son charme ont certainement pesé lourd dans la balance au moment de la distribution du seul rôle féminin celui de la rose dans ce spectacle (déjà sur scène en France et qui connaît un grand succès) dont les premières représentations débuteront en mai prochain à Montréal. C’est Richard Cocciante lui-même qui a fait le choix après l’audition et la supervision de plus de 300 candidats examinés à la loupe.

Lynda, une chanteuse de talent

Les écueils étaient importants pour être lauréate dans un spectacle où les prétendantes étaient nombreuses. C’est finalement le talent allié à la simplicité qui a probablement prévalu dans le choix définitif de Lynda qui a déjà fait parler d’elle dans le domaine musical. Son irruption dans le domaine de la chanson date de ses années «collège» où elle ravit la première place d’un concours qui lui permet de se faire remarquer par la grande maison de disques GSI. Le producteur, ayant pressenti les potentialités de sa protégée, n’hésite pas à lui donner carte blanche. Alliant et conciliant sons de l’Orient et musique occidentale, l’artiste, comme le prédisait son producteur, ne tardera pas à laisser s’exprimer son talent et ses qualités créatrices. Son manager, Patrick Cameron, qui est de tous les combats, veille sur sa protégée et la conseille pour son combat dans ce monde du showbiz où se faire un nom passe nécessairement par la réalisation de miracles, de prouesses et d’exploits. Ceux qui ont parié sur cette musicienne ne se sont pas trompés. Elle écrit la plupart des textes et compose la musique de Sablier, son premier album où elle exprime tout son art et son savoir-faire : la chanson et la musique. Elle obtient tour à tour des succès lors de ses prestations publiques aux FrancoFolies de Montréal en juillet 2002 et fait l’affiche du Festival du Monde arabe de Montréal en novembre 2002.

Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry

Le dossier de presse distribué à la fin de la cérémonie de présentation de la distribution nous rappelle que le Petit Prince est le livre français le plus lu et le plus traduit dans le monde, révélant ainsi la portée de cet ouvrage et ce qu’il représente dans l’imaginaire de millions de lecteurs. Ce conte pour enfants, paru en 1943 à New York, est le produit de l’imagination de Saint-Exupéry, exilé aux Etats-Unis en 1942 après sa démobilisation de l’armée ce qui lui permit d’écrire Pilote de guerre après avoir publié Courrier Sud, Vol de nuit et Terre des Hommes.Lynda Thalie, qui est à l’aube de sa carrière artistique, a ainsi l’occasion dans sa première apparition dans un spectacle musical de confirmer son talent de chanteuse mais aussi ses dons de comédienne. D’ailleurs, il suffit simplement de prendre connaissance du profil de sa doublure dans le rôle de la rose pour comprendre que le professionnalisme est de rigueur et la perfection de mise dans ce métier où il faut étudier à la fois le chant, la danse, la musique et le théâtre pour aspirer décrocher un rôle dans de telles productions en Amérique du Nord. Celle qui interprète magistralement Alger-Alger de Lili Boniche, et Comme un matin à l’Arbaa dans son sublime album Sablier, est souvent comparée à Lara Fabian et à Natacha Atlas réunies. La critique va plus loin en qualifiant Lynda Thalie de «croisement entre Céline Dion et Lara Fabian», excusez du peu ! Lynda dispose à cette occasion du moyen d’exprimer tout son talent sur la scène canadienne et montrer que l’Algérie produit autre chose que ce que les médias rapportentinlassablement et ad nauseum.


Source: http://www.latribune-online.com/2101/culture.htm

Les commentaires sont fermés.