Manifestation à Montréal

MONTRÉAL – Plus d’une centaine de manifestants et membres du Comité de soutien au mouvement populaire en Algérie ont bravé le froid, samedi, à Montréal, pour manifester contre le régime «militaire» du président Abdelaziz Bouteflika.

Pancartes réclamant plus de droits et moins de censure à la main et banderoles à l’effigie du pays à bout de bras, ils ont réclamé en cœur la fin du régime algérien qualifié de «dictatorial» et n’ont pas manqué l’occasion de se féliciter de la chute président tunisien Zine El Abidine Ben Ali.

Partis du carré Saint-Louis, les manifestants ont pris la direction du consulat d'Algérie, avant de se joindre à la manifestation des ressortissants tunisiens, au Square Dorchester.

« Ça va bien plus loin qu’une flambée des prix de l’huile et du sucre », a lancé l’étudiant d’origine algérienne et membre du Comité, Mahdi Nacer. «Les Algériens ont envie de liberté, a-t-il déclaré. Le peuple n’est pas écouté et on le sent complètement dépolitisé depuis le soulèvement d’octobre 1988. On vit une crise sociale constante en Algérie et il n’y a aucun leader qui permettrait d’unifier le pays. Pendant ce temps, les exclus se tournent vers un islamisme intégriste rétrograde.»

Malik M. et Nedjma B. sont eux aussi d’avis qu’il est grand temps de mettre fin au statu quo en Algérie. «Le gouvernement, c’est une maison de retraite. Tous les ministres ont plus de 70 ans et il n’y a aucune relève. Le pays est de plus en plus divisé et plus personne ne croit en un gouvernement démocratique. On en a assez d’un gouvernement qui sort la carte de l’intégrisme religieux pour imposer constamment son militarisme. On n’est quand même pas des brebis, il faut que ça change», ont expliqué les deux étudiants.

«On vit avec un gouvernement fossoyeur et composé d’expatriés venus pour le simple but de s’enrichir sur le dos des Algériens, a accusé Nedjma. L’armée, qui est censée protéger son peuple, le réprimande pour un oui ou pour un non. Et quand plus rien ne va, les hommes d’État comme Ben Ali fuient le pays pour aller se réfugier chez un autre. Vous trouvez ça normal que la fille de Ben Ali possède une maison de plusieurs millions de dollars à Westmount?»

Source: http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2011/01/20110115-172643.html