Désenchantement des Maghrébins au Québec

Accueillis par la Belle Province parce qu’ils sont diplômés et qu’ils parlent français, les immigrés originaires d’Algérie, du Maroc et de Tunisie rencontrent d’importantes difficultés pour échapper au chômage ou pour trouver un emploi correspondant à leurs compétences. Le débat tendu et récurrent autour de la question identitaire et l’attentat contre une mosquée de Québec en janvier ont aggravé leur mal-être.

Longtemps considérés comme la « petite Italie » de Montréal, les alentours de la rue Jean-Talon Est ont récemment été rebaptisés « petit Maghreb » par un regroupement de commerçants. Avec ses deux millions d’habitants, la ville de Montréal, en plus d’être divisée entre francophones (à l’est et au nord) et anglophones (au sud-ouest de l’île), apparaît comme une mosaïque ethnique. Ce quartier concentre une bonne part de la population maghrébine et surtout algérienne au Québec (voir « Montréal, ville-monde »). Situés en bordure du Plateau- Mont-Royal — le quartier cossu des immigrants français —, nombre des segments de la rue Jean-Talon Est arborent les signes caractéristiques de cette présence récente, qui remonte au début des années 1980 (1). Au Canada, où un habitant sur cinq est né à l’étranger, on compte deux cent mille Maghrébins, dont 80 % installés dans la province du Québec et 70 % dans la seule ville de Montréal (2).

Les boucheries sont halal, les agences de voyages proposent des vols bon marché pour l’Afrique du Nord et les boulangeries vendent des pâtisseries et des ustensiles de cuisine « du pays ». Quelques rares tiendas (boutiques) témoignent aussi d’une présence sud-américaine. Dans ce quartier, on célèbre joyeusement les victoires des équipes de football maghrébines, la police intervenant avec bonhomie pour détourner la circulation et éviter les débordements. De nombreux cafés portent le nom d’établissements très connus à Alger, Tunis ou Casablanca. C’est dans l’un d’eux, le 5 Juillet — référence au jour de l’indépendance algérienne en 1962 —, que nous retrouvons plusieurs arrivés de fraîche date. M. Mounir D., un Oranais de 35 ans, manutentionnaire dans un grand magasin, a obtenu son visa d’immigration en 2015. Une petite tasse de café à la main, une cigarette dans l’autre, il raconte sa nouvelle vie, synonyme d’autonomie et d’émancipation : « Ici, je suis bien. Il y a des problèmes, je ne vais pas le nier, mais, frère, avec mon épouse et mes enfants, nous avons notre logement, une voiture, et dans cinq ans maximum nous serons citoyens canadiens ! Il ne faut pas trop écouter les gens qui se plaignent. Ici, on a la paix. »

Les protestations fusent. Ses camarades sont loin d’être d’accord. Pour eux, la réalité est bien plus contrastée. Ils ne cachent ni leur déception ni leur colère à l’égard des autorités québécoises, qui ne feraient pas tout pour leur garantir une meilleure intégration. M. Hassan M., un architecte d’origine tunisienne qui dit travailler dans le bâtiment, sans autre précision, avoue son amertume : « Nous ne sommes pas des réfugiés qui demandons l’aumône. Nous sommes une immigration choisie, puisque le Canada et le Québec ont fait appel à nous et nous ont sélectionnés. Or, après notre installation, c’est le chômage garanti. Ici, c’est tout sauf un eldorado. »

Hantise de devoir dépendre du « bessbass »

Pour enrayer la dénatalité et éviter un déclin démographique face à la majorité anglophone du Canada, le Québec a en effet adopté un régime législatif qui lui permet de sélectionner des « ressortissants étrangers en mesure de participer pleinement, en français, à la société québécoise (3)  ». Le Maghreb, à l’instar de l’Afrique de l’Ouest ou d’Haïti, est ainsi vu comme le réservoir francophone d’une immigration perçue très largement comme nécessaire au développement de la province.

Hassan et ses camarades insistent toutefois sur le taux de chômage particulièrement important au sein de la population active d’origine maghrébine : 20 % à 30 % selon les estimations, c’est-à-dire trois à cinq fois plus que la moyenne de la province (6,2 % en janvier 2017). Et ces chiffres ne prennent pas en compte le profond sentiment de déclassement ressenti par de nombreux migrants qui ont la chance de travailler. Une anecdote maintes fois entendue l’illustre : en cas d’urgence médicale à Montréal, mieux vaudrait appeler un taxi, conduit par un médecin maghrébin ou subsaharien qui ne peut exercer faute d’équivalence de diplôme, que faire appel aux services hospitaliers, régulièrement congestionnés... Mounir reconnaît lui-même avoir du mal à accepter sa condition. Titulaire d’un doctorat de lettres et d’un diplôme tunisien d’interprétariat, il n’a pu trouver de poste à la hauteur de ses compétences : « On n’est pas suffisamment mis en garde pendant le processus de sélection. Les services d’immigration insistent à raison sur la dureté de l’hiver, mais ils feraient mieux de dire aux immigrés que le plus difficile pour eux sera de trouver un vrai emploi. » Il faut toutefois relever que les documents gouvernementaux avertissent les futurs résidents étrangers : « Le fait d’avoir été sélectionné en tant que travailleur qualifié ne signifie pas que vous occuperez un emploi dans la profession ou le métier que vous voulez exercer. »

Quel que soit l’interlocuteur, revient la hantise de rejoindre celles et ceux qui doivent se contenter d’attendre la fin du mois et le versement du bessbass. Ce terme arabe signifie « fenouil » et désigne, par dérision, le programme gouvernemental d’aide sociale, appelé communément « bien-être social », ou péjorativement « BS », soit 604 dollars canadiens par adulte (435 euros). Ancien ingénieur dans une compagnie d’électricité en Tunisie, M. Moaz F. nous reçoit dans une petite maison individuelle à quelques centaines de mètres de la grande tour inclinée du stade olympique de Montréal. Il a réussi à trouver un emploi d’ingénieur, mais au terme d’un difficile processus de plusieurs années, au cours duquel il a été obligé de reprendre ses études faute d’obtenir les équivalences nécessaires.

Son épouse Ines, ingénieure elle aussi, travaille à mi-temps dans une association d’alphabétisation pour des immigrés non francophones. Tout en reconnaissant la « tranquillité d’esprit » dont elle jouit loin de la Tunisie et de ses incertitudes politiques, elle dénonce le discours officiel à propos des difficultés d’emploi des Maghrébins. « Quelle que soit la couleur du gouvernement de la province, le problème est minimisé. Le corporatisme de certains ordres professionnels empêche l’accès à des professions réglementées, comme médecin, avocat ou infirmière. Il n’est pas remis en question, et le sujet de la discrimination à l’embauche reste tabou. Dans le même temps, on dit aux gens de créer leur entreprise. C’est un vrai choc culturel, parce que ces personnes viennent de pays où le salariat est la voie normale et où l’on attend de l’État la solution. D’où la frustration qu’elles expriment. De guerre lasse, certains créent de petites entreprises dont la cible est d’abord la clientèle maghrébine. Voilà comment on favorise le communautarisme. »

Bien mieux considérés qu’en Europe

Les statistiques montrant que les Maghrébins sont la communauté la plus touchée par le chômage ne semblent guère émouvoir les autorités, même si des voix s’élèvent pour réclamer un effort plus soutenu afin de leur faciliter l’accès à la fonction publique. Nous avons pu recueillir des dizaines de témoignages comme ceux d’Ines ou de Hassan, avec les mêmes critiques et les mêmes arguments. Ancien journaliste en Algérie, M. Kamel Dziri résume ainsi son parcours par le millier de curriculum vitae envoyés ou distribués en faisant du porte-à-porte, et qui n’ont débouché que sur quelques entretiens infructueux. Alors qu’on le considère comme « surqualifié », il a dû se satisfaire d’un emploi de magasinier dans une chaîne d’équipements électroniques. Doctorant à l’université d’Ottawa, dans l’Ontario voisin, M. Adib Bencherif a quant à lui connu une surprenante déconvenue lors de sa recherche d’emploi au Québec : « Un recruteur m’a fait comprendre que ma bonne maîtrise de la langue et de la culture françaises était un handicap. Selon lui, je risquais de complexer mes collègues québécois… »

De fait, la complexité des relations triangulaires entre le Québec, la France et les pays du Maghreb façonne le quotidien des immigrés d’origine nord-africaine. Professeur titulaire à HEC Montréal, Taïeb Hafsi vit au Canada depuis plus de trois décennies. Observateur attentif de l’évolution des communautés maghrébines, il dresse un constat apaisé, mais non dénué de critiques : « Dans l’ensemble, les Maghrébins sont heureux d’être au Québec et ils y sont bien mieux accueillis qu’en Europe. Il y a un vrai attachement à cette terre d’adoption, et les critiques que l’on entend à propos de la difficulté d’accès à l’emploi s’expliquent aussi par une impatience et une volonté d’intégration très importantes. » Pour ce spécialiste du management mondialement reconnu, les problèmes naissent néanmoins quand, dans un pays de tradition multiculturelle, le Québec importe des problématiques qui lui sont étrangères, en reproduisant par exemple le débat français à propos de la laïcité et de la place de l’islam dans l’espace public.

 

Montréal, ville-monde

Cécile Marin, mars 2017

Avant la tuerie du Centre culturel islamique de la ville de Québec, qui a fait six morts le 29 janvier dernier, deux événements majeurs avaient créé le malaise au sein de la communauté maghrébine. Le premier concernait la tenue, en 2007 et 2008, de débats publics à propos des « accommodements raisonnables » imposés depuis 1985 par la Cour suprême du Canada. Ces exceptions à certaines règles en apparence égalitaires visent à éviter une discrimination envers les handicapés ou envers des minorités, essentiellement confessionnelles. Ces accommodements encadrés par les tribunaux autorisent par exemple des congés les jours de fête religieuse, le port à l’école du couteau traditionnel par les enfants sikhs, celui du hidjab par les musulmanes ou de la kippa par les juifs. Au terme de ces auditions et de son enquête, la commission Bouchard-Taylor avait conclu que ces accommodements ne posaient pas de problèmes « sur le terrain », mais elle avait mis au jour une crainte croissante des Québécois à l’égard de l’immigration.

Le second événement, plus récent, est la proposition d’une « charte des valeurs québécoises » évoquée par le Parti québécois (PQ) lors de la campagne pour les élections provinciales de septembre 2012. Le projet, présenté en 2013, entendait encadrer la pratique des « accommodements raisonnables » en réaffirmant les valeurs de laïcité et d’égalité entre les femmes et les hommes. La charte interdisait notamment à tout le personnel de l’État, de l’éducation ou de la santé de porter des « signes religieux facilement visibles et ayant un caractère démonstratif ». Après avoir mobilisé opposants puis partisans, et divisé le camp souverainiste, elle fut abandonnée à la suite de la victoire du Parti libéral en avril 2014 (4). Durant ces deux moments d’agitation, nombre de migrants se sont sentis stigmatisés et reprochent au PQ d’avoir joué avec le feu en créant un climat général d’intolérance.

Jeune Français descendant de grands-parents algériens installé dans la banlieue de Montréal, M. Salim Nadjer insiste sur la sensation de déjà-vécu qu’il éprouve depuis quelques années. « Les débats ont parfois été caricaturaux. N’importe qui a pu s’emparer du micro pour dire n’importe quoi. J’ai eu l’impression que la France et ses problèmes m’avaient suivi à Montréal, et je me dis qu’il faut peut-être que j’aille m’installer au Canada anglophone pour être tranquille. » De son côté, M. Abdelhamid Benhmade, doctorant marocain à l’université d’Ottawa, estime que les polémiques liées à la charte des valeurs ont eu quelques conséquences positives. « De nombreux Québécois ont abandonné leur attitude d’évitement et ont dit des choses qu’ils n’osaient pas formuler. C’est un point de départ pour résorber les incompréhensions. » Une opinion que partage l’universitaire montréalaise Rachida Azdouz. Pour cette personnalité très engagée contre les discriminations, « le débat sur la laïcité est nécessaire, mais il faut garder en tête la montée de l’intolérance. Il y a sûrement des ajustements à faire, mais certains en profitent pour remettre en question la présence des Maghrébins sur le sol québécois ».

La Belle Province n’est pas restée à l’abri des tumultes du Proche-Orient et de l’Europe. Le 28 mars 2015, le groupe d’extrême droite Pegida Québec, s’inspirant du mouvement allemand du même nom, a tenté d’organiser une marche « contre l’islamisation du Québec » dans le « petit Maghreb », avant d’y renoncer à la demande de la police et face à une contre-manifestation importante. En décembre 2016, comme s’ils pressentaient le drame à venir, de nombreux internautes maghrébins résidant à Québec et à Montréal s’alarmaient que plusieurs groupes militants appellent sur des réseaux sociaux à « nettoyer le Québec de toute présence musulmane ». L’un d’eux, la Meute, fondé à l’automne 2015 par deux anciens militaires, compterait plus de 43 000 membres sur sa page Facebook. Il entend défendre l’identité du Québec, « foyer et nombril de la civilisation européenne dans toutes les Amériques (5)  ».

Plus ouverts, plus indulgents qu’en France

La tuerie du 29 janvier, commise par un étudiant d’extrême droite, mais aussi les polémiques liées à la charte des valeurs ont semé le doute au sein du PQ. L’un de ses responsables, partie prenante de la campagne électorale de 2014, a bien voulu s’exprimer sur la question, en demandant à ne pas être cité nommément : « Il y a une nécessité de poser des limites au multiculturalisme tel qu’il existe dans le reste du Canada. Si, à Calgary, une policière voilée ne pose pas de problème, ce n’est pas le cas au Québec. Il ne s’agit pas de dire non à l’islam, mais de fixer des règles sur le vivre-ensemble. Ce débat n’est pas clos, même si notre parti risque de se couper d’une partie de l’électorat de confession musulmane. » Un avis que partage le politiste Christian Dufour : « Le Québec n’est certes pas la France, car nous sommes plus ouverts et plus indulgents vis-à-vis de la diversité culturelle. Mais ce n’est pas non plus la Colombie-Britannique, l’Alberta ou l’Ontario. C’est aux courants nationalistes et autonomistes québécois de définir une plate-forme acceptable par tous, loin des surenchères identitaires. » De son côté, le parti progressiste Québec solidaire a décidé en novembre 2015 de se tenir à distance du débat identitaire. Vigilant à l’égard du prosélytisme, il ne s’oppose pas pour autant au port de signes religieux par les représentants de l’État. Avec un « projet collectif d’indépendance et de défense des droits de la personne et des minorités », ce parti entend attirer à lui les souverainistes québécois que le débat sur la charte des valeurs a rebutés.

Pour autant, nombre de résidents maghrébins se sont ouvertement prononcés en faveur de cette dernière. « Je ne suis pas venu m’installer au Québec pour vivre les mêmes pressions religieuses que celles que j’ai subies en Algérie », nous déclare à ce sujet M. Fouad Nedromi, un logisticien d’origine algérienne. Pour lui, des voix comme celle de Mme Djemila Benhabib, candidate du PQ en 2012 et 2014, ont raison de se faire entendre pour dénoncer le danger de l’intégrisme et du repli communautariste. Attaquée pour ses positions en faveur d’une laïcité intransigeante, cette auteure et militante très active a publié sur sa page Facebook, le 4 février 2017, un texte dénonçant l’opportunisme de la classe politique québécoise après l’attentat de Québec. « Je me serais attendue à ce que ces rencontres [des représentants politiques] avec les religieux musulmans soient aussi une occasion pour nos politiciens de leur expliquer le sens de la démocratie. La nécessaire distanciation entre le politique et le religieux pour protéger les religions, précisément. Le profond respect des femmes. Notre attachement à la liberté d’expression. Notre rejet viscéral de la violence. Mais non, c’était trop leur demander. L’occasion était trop belle pour eux de comptabiliser des votes ! » Cette intervention a suscité la polémique. Et fait dire à de nombreux Québéco-Maghrébins que ce ne sont pas simplement les débats franco-français sur l’intégration qui les poursuivent, mais aussi les affrontements entre laïques et islamistes qui divisent leurs sociétés d’origine.

Akram Belkaïd

Journaliste.

(1) De 2005 à 2014, le Québec a enregistré près de 500 000 nouveaux immigrants, dont 39 971 d’Algérie, 38 183 de France, 36 222 de Chine, 36 018 du Maroc, 27 742 d’Haïti et 10 707 de Tunisie. Source : ministère de l’immigration, de la diversité et de l’inclusion, Montréal.

(2) Statistiques Canada.

(3) Article 111 de la loi sur l’immigration au Québec.

(4) Lire Jean-François Nadeau, « Le Parti québécois sanctionné pour ses errements politiques », Le Monde diplomatique, mai 2014.

(5) Radio Canada, 6 décembre 2016.

 

Source: http://www.monde-diplomatique.fr/2017/03/BELKAID/57273